ATTENT  FS 

DES 

LA COMPAGNIE 

Lire sa biographie 

Guillaume Clayssen 

En 2017, la compagnie déménage en Alsace pour développer l’ancrage territorial déjà existant en Grand Est.

 

En 2018, Guillaume Clayssen crée Jeunesse, de Joseph Conrad, dans une mise en scène explorant la relation entre cirque et théâtre. Soutenu par la DRAC Grand Est, la Région Grand Est et la ville de Strasbourg et coproduit entre autre par La Brèche et le Cirque Théâtre d’Elbeuf – 2 pôles cirques en Normandie, le spectacle tourne plus de 20 dates sur tout le territoire.

 

En 2019, la compagnie devient associé au Relais Culturel / Théâtre de Haguenau pour 3 ans.

Le spectacle est repris en janvier-février 2016 à L’étoile du nord et s’intégre à un diptyque autour des relations entre Orient et Occident. Le deuxième volet de cette aventure théâtrale est la création et l’adaptation à la même période des Lettres persanes de Montesquieu. Ce spectacle interroge la forme épistolaire au plateau en faisant dialoguer les lettres de ce célèbre roman du XVIIIème siècle et notre monde contemporain. Les Lettres persanes bénéficient d’une longue résidence de création à Lilas en scène. Après sa création parisienne, quatre théâtres accueillent le spectacle : les Taps à Strasbourg, la Comédie de Ferney-Voltaire, l’Abbaye de Neumünster et la Comédie de l'Est, coproducteur du spectacle.

 

En février 2015, Guillaume Clayssen met en scène Bobo 1er, roi de personne, écrit par Franz Succab. Ce spectacle est une commande de la Scène Nationale de la Guadeloupe dirigée par José Pliya. Il est repris en juillet 2015 au théâtre de la Manufacture pendant le Festival d'Avignon.

Dans Les Bonnes mis en scène à la Comédie de l’Est – coproducteur du spectacle - et à L'étoile du nord à Paris en 2011, Ronsard et l’art brut dialoguent avec l’écriture de Genet.

 

Je ne suis personne est un montage poétique autour de l’oeuvre de Fernando Pessoa. Ce spectacle fait entendre la voix des hétéronymes du poète à travers celle d’une comédienne seule en scène : Aurélia Arto. Subventionné par la Mairie de Paris, Je ne suis personne est créé à La Loge à Paris en 2012 et 2013. Il tourne en 2014 au festival de Caves (Strabourg, Besançon), à la Comédie de l’Est et au Centre des Arts Pluriels (CAPe) au Luxembourg.

 

En novembre et décembre 2013, Guillaume Clayssen créé Cine in corpore au théâtre de L’étoile du nord. Ce travail convoque la mémoire cinématographique intime de chacun et interroge le spectateur de théâtre sur le rôle qu’a pu jouer le 7ème art dans sa vie. Cine in corpore a bénéficié du soutien financier de MAJE productions, société de production cinématographique, et d’une résidence de création à Lilas en scène.

 

Un Captif amoureux, créé à Lilas en scène et joué à L'étoile du nord à Paris en décembre 2014, est un montage d’extraits du dernier récit de Jean Genet sur la Palestine. Entrelacé de chants palestiniens réinterprétés sur scène et de projections de photos de Raed Bawayah, photographe palestinien exposé à la même période à la Maison Européenne de la Photographie, autre partenaire de cette aventure théâtrale, ce spectacle interroge les rapports entre l’inspiration poétique et l’engagement politique. Un Captif amoureux est en tournée en avril 2015 à L’abbaye de Neumünster au Luxembourg.

La Compagnie des Attentifs, a été fondée en octobre 2006, à l’initiative de Guillaume Clayssen, metteur en scène. Cet agrégé de philosophie, est également réalisateur et dramaturge.

 

La Compagnie des Attentifs trouve son nom à partir du tout premier spectacle de Guillaume Clayssen créé dans le cadre des Rencontres de la Cartoucherie au théâtre de la Tempête en juin 2006 : Attention! Attention(s) !.

 

D’un projet à un autre, l’écriture de montage est devenue l’un des fils conducteurs du travail de Guillaume Clayssen.

 

A la grecque !!, coproduit par la Comédie de l’Est à Colmar et joué en 2009 au théâtre de Suresnes et à la Maison des métallos, raconte à travers différents textes de l’antiquité, le passage du mythe à la philosophie dans une succession de tableaux incarnés. Dans ce spectacle, dionysisme et philosophie font cause commune.